Tournée Juste pour rire : Les comiques font salle comble

Lors de son spectacle, Mike Paterson affirme qu'être végétarien l'a rendu gros, parce qu'il mange les croutons dans la salade. Une affirmation saugrenue parmi d'autres pour ce performer outrancier, cru et délirant, qui dit avoir appris le français dans une allée de quilles de Laval. (Crédit photo : Denis Lord)

Lors de son spectacle, Mike Paterson affirme qu'être végétarien l'a rendu gros, parce qu'il mange les croutons dans la salade. Une affirmation saugrenue parmi d'autres pour ce performer outrancier, cru et délirant, qui dit avoir appris le français dans une allée de quilles de Laval. (Crédit photo : Denis Lord)

 Les Franco-ténois se déplacent en grand nombre pour un type de spectacle rarement présenté aux TNO : l'humour.

L’opprobre attaché au fondateur du Festival Juste pour rire n’a pas empêché le spectacle associé à ce nom d’être un grand succès. Le 6 mars, la salle du Twist and Shout était pleine et riait à gorge déployée aux imitations et traits d’esprit des performeurs d’ici et d’ailleurs, réunis par ces thèmes plus ou moins tabous et souvent efficaces que sont la scatologie et la sexualité.
Les talents locaux étaient à l’honneur en première partie alors que Jade Halcyon, Catherine Barlow, Andréanne Simard et Alexandre Assabgui se sont succédés sur scène pour le grand plaisir de leurs amis et connaissances. Yellowknife a du talent! Avec son personnage de Pierrette, Catherine Barlow a mis l’accent sur la vie exigeante des institutrices, obsédées jusque dans les moments les plus intimes par leur emploi, menacées au quotidien par tous les Kevin de ce monde, enfants rois et maîtres chanteurs.
Alexandre Assabgui, le prince du calembour de Yellowknife, a recréé sur scène les partys de Noël des exilés par technologie interposée, qui font que les nièces lointaines ne connaissent de leur mononcle qu’une image pixelisée dans un flux saccadé, ces échanges encore avec ce fameux oncle Gaétan — un archétype — qui chaque année demande : « Pis, le Yukon? »
Andréanne Simard a démontré une très forte présence scénique dans son rôle d’obsédée de la nourriture qui a perdu 60, euh 40, ou plutôt 20 livres en mangeant du « riz pastrami » et en stoppant le sucre blanc, « parce qu’ils mettent de l’eau de javel dedans ».

Cru et absurde
L’animateur de la soirée, Neev, a transporté la salle dans un centre équestre, avec sa femme et Agathe, la plus grosse jument, puis dans un tout-inclus au Mexique. Un numéro marqué par un rythme frénétique, quasi hystérique, par une aptitude marquée pour imiter les accents.
Mike Patterson lui a succédé, personnifiant un gérant d’A&W à l’accent anglais outrancier, « qui a appris le français dans une allée de bowling à Laval, avec un Grec, un Italien et un gars de prison ».
Comme ses partenaires de tournée, Mike Patterson fait de l’humour très cru, mais il y ajoute une bonne dose d’absurdité. Son imitation du nageur Michael Phelps sur stéroïde a fait crouler la salle de rire.
Jérémie Larouche, un grand efflanqué qui joue sur son physique d’adolescent attardé, a clos la soirée en partageant ses trucs pour faire de Yellowknife la ville la plus désagréable du Canada pour les sondages téléphoniques. Il a fait monter les larmes de rire aux yeux de plusieurs spectateurs avec son histoire de pancartes de maisons à vendre posée illicitement la nuit, il les a fait se tordre avec ses histoires d’adolescents zombies à qui l’idée que ses parents puissent avoir des relations sexuelles répugnent profondément... ce qui amuse beaucoup lesdits parents.
La salle semblait conquise d’avance et si jamais ce n’était pas le cas, les humoristes ont su se la gagner en interagissant constamment avec elle, par exemple en posant aux gens des questions sur leur vie conjugale. Un échange qui a semblé être apprécié, les spectateurs acceptant de bonne grâce d’être les dindons de la farce.

Un mardi réussi
Le coordonnateur jeunesse de la Fédération franco-ténoise, Alexandre Assabgui, est fort satisfait du succès du spectacle.
« 70 billets ont été déchirés à la porte, affirme-t-il. Avoir fait sortir tous ces gens de chez eux un mardi soir pour un événement non familial, je considère que c’est une grande réussite. Ça fait des années que les organisateurs des Rendez-vous de la francophonie dans les territoires souhaitaient recevoir la tournée Juste pour rire, et la soirée d’hier prouve qu’il y a bel et bien un engouement pour ce genre d’événement. »
Selon M. Assabgui, les producteurs et humoristes de la tournée, qui se poursuit à Whitehorse, sont extrêmement contents de l’accueil qu’ils ont reçu à Iqaluit et à Yellowknife.
La Tournée d’humour Juste pour rire avait lieu dans le cadre des 20e Rendez-vous de la Francophonie et était présentée par l’AFCY et la FFT.


 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages