Le respect de l’eau

 Heureusement qu’il n’y a pas de pont à Fort Smith, car le temps passerait trop rapidement : chaque seconde, selon le ministère des Affaires autochtones et du Nord Canada, ce sont 3,4 millions de litres d'eau qui passent dans la ville la plus méridionale des TNO.

Le basin versant du principal tributaire du Grand lac des Esclaves est immense. 75 % du débit entrant dans ce lac provient de l’eau récupérée dans le nord de la Colombie-Britannique, de l’Alberta et de la Saskatchewan. Cette énorme région transfrontalière est bien connue pour ses exploitations des ressources naturelles. Uranium, sables bitumineux, installations de traitement des déchets dangereux, mines de charbon, centrale hydroélectrique, usines de pâtes et papiers, la région au sud de la frontière ténoise n’est pas la respectueuse de son environnement. Ce n’est pas sans raison que les Ténois se préoccupent de la qualité de la rivière des Esclaves. On sait qu’elle contient de fortes concentrations de nutriments, que la croissance des plantes y est importante, et que son eau est turbide. Quand vous jouez dans ses rapides, ce n’est pas une rivière limpide, mais bien des déferlantes brunes auxquelles vous avez à faire. Ensuite, si elle est tamisée puis bouillie pendant une minute, l’eau est potable. Il y a dix ans, Justin Trudeau était l’invité de la première conférence Tu Beta Ts'ena, il avait revendiqué que l'industrie des sables bitumineux utilisait une fois et demie la quantité d'eau dont la ville de Calgary a besoin et qu’il ne fallait plus s'intéresser uniquement au présent mais que l'on devait changer notre vision à court terme. Dix ans après, les Ténois devraient avoir l’heure juste en ce qui concerne l’élément principal de leur habitat, l’eau qui alimente l’océan arctique.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.