Budget de la Ville de Yellowknife : Le gymnase passe… sous silence

15 décembre 2016
Mark Heyck (Crédit photo : Sandra Inniss)

Mark Heyck (Crédit photo : Sandra Inniss)

Alors que la directrice de la CSFTNO était optimiste quant à sa demande de financement présentée à la Ville de Yellowknife le 5 décembre dernier, le gymnase de l’école Allain St-Cyr n’a pas fait partie des discussions du Conseil municipal pour l’adoption du budget 2017.
 

Le budget 2017 de la Ville de Yellowknife a été adopté à l’hôtel de ville le 12 décembre dernier. Le point présenté par Yvonne Careen pour le financement de l’agrandissement de l’École Allain St-Cyr est passé sous silence durant les débats de la semaine dernière, a avoué le maire Mark Heyck.


« Je pense que c’est arrivé très vite », a indiqué Linda Bussey, conseillère municipale, en expliquant que les priorités présentées dans le budget étaient des éléments sur lesquels ils travaillaient depuis longtemps.


À la suite de l’adoption du budget, la conseillère a laissé entendre que le projet serait réévalué pour le budget 2018. Le maire a toutefois tenu un discours moins optimiste : « Du point de vue de la Ville, nous avons des projets immenses à venir. On a 30 à 40 millions de dollars qui iront pour la piscine [...]. On envisage aussi de remplacer la conduite sous-marine pour l’eau potable qui arrive de la rivière Yellowknife. C’est un projet de 20 millions de dollars [...]. On ne devrait pas compter sur le fait que la Ville sera un contributeur parce que, comme je l’ai mentionné, de la perspective du conseil municipal, nous avons plusieurs priorités importantes qui s’en viennent et parfois, on ne peut juste pas accommoder toutes les demandes. »


Le maire de la Ville de Yellowknife explique qu’il aurait fallu qu’un conseiller municipal apporte une proposition pour ajouter le gymnase de l’École Allain St-Cyr dans le montant. Ce qui ne fut pas le cas. « Je crois [que les conseillers] ont trouvé le budget assez serré et n’étaient pas prêts à soutenir un projet majeur comme celui-là en ce moment, a mentionné Heyck. Si [les conseillers avaient] senti que le projet était une priorité, l’un d’entre eux aurait pu le mettre de l’avant et dire : “je pense que nous devrions investir sur ça”. Ce n’est simplement pas arrivé. »


Dans le passé, la Ville a créé des partenariats avec des commissions scolaires pour des projets similaires, mais selon le maire, il y a normalement davantage de discussions avant la prise de décisions. « Je constate qu’il y avait un espoir qu’[un montant] vienne du budget de la ville [...] », a-t-il dit.


Il a toutefois soulevé la possibilité que les conseillers aient tenté de déterminer si cette question était du ressort de la ville, étant donné que le GTNO est responsable de l’éducation et des droits des minorités linguistiques. Il espère que le gouvernement territorial et la CSFTNO travailleront ensemble et que l’école recevra du soutien au niveau fédéral également.

Fonction et validité des sondages
Un sondage en ligne concernant le budget était ouvert au public au cours des derniers mois. Interrogée sur l’application des résultats de ce sondage dans le budget 2017, Mme Bussey a expliqué : « Avant de lire le budget, je vais lire les résultats du sondage, ça va me dire ce à quoi les résidents s’attendent. C’est certain qu’il y a des choses qui manquent dans le sondage [...] Quand les gens font le budget en ligne, ils ne peuvent pas comparer, séparer [les montants]. C’est juste oui ou non. Ils ne peuvent pas jouer avec les chiffres. C'est un peu biaisé. Nous, [les conseillers], avant de prendre les décisions, on a cinq pages d’informations [sur les projets] ».

Mark Heyck a exprimé qu’en effet, « ce ne sont pas des sondages très scientifiques », en ajoutant qu’un espace commentaire figurait tout de même dans le sondage et que la Ville avait reçu des témoignages de résidents sur une base régulière.

Lire aussi : La commission scolaire vise le million 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Changer de ville
Sondage
L'Aquilone, 5 publications au féminin! Comment avez-vous réagi au changement de nom de L'Aquilon durant le mois de mars?

Voir tous les résultats des sondages