Archéologie subaquatique : Le Terror a été repéré

Le second bateau de l’expédition tragique pour le passage du Nord-Ouest par Sir John Franklin au 19e siècle a été repéré.

L'annonce a été faite par Aleta Brooke, de l’Arctic Research Foundation, l’un des groupes impliqués dans les recherches. Peu de détails étaient disponibles dans l’immédiat concernant la découverte du navire de la quête de John Franklin en 1845.

Le relevé de Parcs Canada sur les recherches en 2016 indique qu’une petite flottille de bateaux est partie pour l’Arctique à la fin août et devrait être de retour à la mi-septembre. Les navires de recherche incluent le brise-glace de la Garde côtière canadienne Sir Wilfrid Laurier, le NCSM Shawinigan de la Marine royale canadienne, le Martin Bergmann de l’Arctic Research Foundation et l’Investigator de Parcs Canada.


L’épave de l’autre bateau de l’expédition de Sir John Franklin, l’Erebus, a été découverte en 2014 à environ 11 mètres sous le niveau de la mer dans le golfe de la Reine-Maud, le long des côtes centrales de l’Arctique.


L’Erebus semble être demeuré en bon état. Une image sonar projetée lors d’une conférence de presse après la découverte a montré la proue du navire à cinq mètres sous le niveau de mer et la poupe à quatre mètres.


Le navire a été découvert au large de la péninsule Adelaide dans l’archipel arctique canadien, au sud-ouest de Gjoa Haven.


Le relevé indique que les recherches cette année pour le Terror devaient s’attarder dans les eaux du détroit de Victoria - plus au nord que le tombeau de l’Erebus entre les îles du Roi-Guillaume et Victoria.


John Franklin et son équipage entier de 129 hommes sont disparus lors de l’expédition pour le passage du Nord-Ouest en 1845. Bon nombre de recherches ont tenté de percer le mystère de la disparition au cours du 19e siècle.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Changer de ville
Sondage
L'Aquilone, 5 publications au féminin! Comment avez-vous réagi au changement de nom de L'Aquilon durant le mois de mars?

Voir tous les résultats des sondages