Conseil jeunesse du premier ministre : La réconciliation, une question complexe

La question de la réconciliation a été au cœur des discussions du Conseil jeunesse du premier ministre, au début du mois de mai. Sylvia Pascua-Matte a fait le voyage depuis Fort Simpson pour y assister.

À la suite de sa dernière rencontre avec le Conseil jeunesse du premier ministre, Sylvia Pascua-Matte a affirmé que la question de la réconciliation est beaucoup plus complexe que ce qu’elle croyait initialement.

« Certaines personnes pensent que la réconciliation, ce n’est pas vraiment possible et que ça ne devrait pas être un sujet à aborder, mais si nous désirons faire des progrès sur ce sujet complexe, il faut être ouverts et il faut éduquer. Il faut qu’on enlève les stigmas liés aux réserves, aux personnes autochtones et aux écoles résidentielles. Tout ça. », relate-t-elle.

Elle a été surprise de découvrir que tous ne recevaient pas la même éducation sur ces questions. « J’ai appris que plusieurs provinces n’enseignent pas très bien la question des écoles résidentielles, ou juste l’histoire des personnes autochtones. Donc, c’était révélateur pour moi et pour les autres membres, qui ont appris ce sujet plus en profondeur », de dire Sylvia.

La jeune ténoise raconte que lorsqu’elles s’entretenaient avec d’autres personnes sur la réconciliation, elle a été étonnée qu’on lui demande « pourquoi ? ».

« Pourquoi la réconciliation ? »
« Ce n’était pas un sujet aussi fort [pour certains] comparativement à lorsqu’on en parle aux Territoires du Nord-Ouest, et c’était nouveau pour moi qui vient des TNO. »

Sylvia a d’ailleurs partagé ses expériences des Territoires du Nord-Ouest aux autres membres du Conseil jeunesse. Elle a témoigné de ce qu’elle a appris, en grandissant avec ses amis dénés et ses racines métis.

Sylvia a senti que les membres ont été sensibilisés grâce à cette rencontre, et que celle-ci leur a donné envie de se rendre dans les collectivités et les réserves pour mieux comprendre la réalité autochtone. Elle a aussi appris qu’il existe une diversité d’opinions sur la réconciliation selon les différents territoires et les réserves.

Témoignages de survivants
Lors des discussions sur la réconciliation, la jeune fille aurait aimé recevoir un survivant des écoles résidentielles, pour un témoignage.

« Je sais que c’est un sujet délicat et que parfois, c’est présenté comme un blâme, mais pendant la rencontre, je pense que l’histoire d’un survivant aurait amené quelque chose, pour que les membres puissent ressentir encore plus d’empathie et s’allier à la réconciliation. »

Pour Sylvia, la réconciliation n’est pas un enjeu pour lequel il suffit d’allouer des sommes, en espérant que les choses s’améliorent. « C’est quelque chose qui doit engager la communauté pour changer les choses ».


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.