Sur les planches : La petite histoire du NACC

14 septembre 2017
Marie Coderre. (Crédit photo : Sandra Inniss)

Marie Coderre. (Crédit photo : Sandra Inniss)

La directrice du Northern Arts and Cultural Centre, Marie Coderre, donne un aperçu
historique du théâtre qui existe depuis 1981.

Le Northern Arts and Cultural Centre (NACC) en est à sa 33e saison. « Le NACC a une histoire très spéciale parce qu’à l’époque, il n’y avait aucun centre culturel dans le Grand Nord canadien, explique la directrice Marie Coderre. Mike Valentine, qui était une personne assez influente à Yellowknife à l’époque, était très bon ami avec le patron du Globe and Mail à Toronto, et puis ils ont lancé une campagne de financement national à travers le pays et ils ont amassé les sous pour justement bâtir le premier centre culturel aux Territoires du Nord-Ouest. Pas juste aux Territoires du Nord-Ouest, à travers le Nord. » Le Yukon Arts Centre arrive quelques années plus tard.


Initialement composé de bénévoles, le NACC se développe d’abord par le biais d’initiatives locales. Un employé est éventuellement embauché et au fil des années, le théâtre devient national et reçoit des artistes de renommée internationale.


La directrice explique la place du NACC dans la communauté : « [Au] conseil d’administration, on a des gens qui siègent depuis plus de 25 ans, 30 ans. [...] On a des personnes qui ont des abonnements depuis presque 30 ans et pour eux, l’organisme est extrêmement important. On vit quand même dans une région isolée et c’est important d’avoir des options, c’est important d’augmenter l’exposition artistique et c’est pour ça qu’on présente des spectacles à travers les cinq régions des Territoires du Nord-Ouest. C’est vraiment pour augmenter l’exposition artistique, donner des outils aux gens de la communauté, inspirer les gens, aussi. »


Des rénovations majeures ont eu lieu en 2012. « On a ajouté le quai d’embarquement. C’était trop petit, on pouvait accueillir des grosses productions, mais il fallait vraiment tasser tout dans un coin, c’était pas très pratique. Tous les sièges ont aussi été remplacés, ça faisait 30 ans qu’on avait les mêmes sièges, c’était plus que dû », explique-t-elle. Le théâtre compte 301 sièges, dont plusieurs sont ornés de petites plaques en or avec le nom des donateurs et des entreprises (ou d’un message personnel) qui soutiennent leur théâtre.


L’endroit favori de Marie Coderre : la salle ou la queen box lors d’un spectacle. « De voir la réaction des membres de la communauté quand ils regardent le spectacle, pour moi, c’est ma paie, s’ils aiment ça. En général, on a eu vraiment des bonnes réponses et de voir la réaction des gens c’est toujours gratifiant.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.