Yellowknife : La meilleure poutine en ville

21 septembre 2017
La poutine du Sam’s Monkey Tree Pub arrive en deuxième position.
(Crédit photo : Sandra Inniss)

La poutine du Sam’s Monkey Tree Pub arrive en deuxième position. (Crédit photo : Sandra Inniss)

Après deux ans de quête pour la meilleure « salade canadienne » de Yellowknife, le Club de poutine a déterminé son restaurateur gagnant.


Le Club de poutine de Yellowknife a révélé sa pout’ gagnante : celle du Hot Shots Pub & Grub. Le Sam’s Monkey Tree Pub suit de près avec le Coyote’s Bar & Grill qui traînait de la patte plus loin derrière.
Un groupe d’en moyenne dix dégustatrices, incluant Édith Martel, l’initiatrice du projet, se rencontraient depuis 2015 pour évaluer les poutines de Yellowknife.


Le Club de poutine s’est rendu au Top 3, avec une nouvelle feuille de score qui ciblait la qualité du fromage, la qualité de la sauce, la qualité des frites et la quantité de chaque élément. Le service, l’ambiance dans le restaurant, la température du repas et les autres critères ont été exclus pour cette étape de classification, ce qui aura coûté cher au Coyote’s Bar & Grill, qui possède un Jukebox fort apprécié dans la première étape de sélection.


L’annonce de la meilleure poutine a été faite sur la maison bateau de Jenny Crawford. « Ma mère et la mère d’Annie ont apporté du fromage du Québec et de la sauce en poudre et on a fait une vraie poutine du Québec pour célébrer notre dernier souper et annoncer le gagnant », raconte Édith Martel.


Les réactions du Club de poutine ont été mitigées à la suite de cette annonce : « Je dirais que surement la moitié s’en doutait et était contente. L’autre moitié était déçue parce que, pour eux, ce n’est pas la meilleure poutine. » La chef du club explique que les scores ont varié de 200 % (du jamais vu) à 55 %. Un maigre 55 % pouvait signifier qu’ils n’aimaient pas la sauce, qu’elle était trop salée ou qu’il n’y avait pas assez de frites… ou encore que les frites étaient trop molles ou trop dures.


« Tout le monde a ses préférences », de dire Édith Martel, qui ajoute que les restaurateurs n’étaient pas constants dans leur offre. Au Sam’s Monkey Tree Pub, par exemple, la poutine serait inconsistante au niveau de la quantité de sauce. Elle conclut en précisant que personne n’avait vraiment de bon fromage. « Il fallait ajuster nos critères relatifs, il n’y a pas de fromage du Québec. Ça n’existe pas ici, mais ils ont de bonnes frites et de la bonne sauce. »

Un nouveau club à venir ?
Le Club de poutine ayant terminé son mandat, des discussions pour un nouveau groupe de dégustation ont été entamé, mais pour l’instant, pas de nouveau club. « On n’a pas trouvé quelque chose pour lequel quelqu’un est aussi passionné que moi pour la poutine. On a parlé d’œufs bénédictine… de hamburgers — mais y’en a qui sont végétariennes — on a parlé d’ailes de poulet, mais ça a déjà été fait… pizza ? »


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.