Développement minier : La future route de Whati plaît à Fortune Minerals

Carte  de la collectivité de Whati, face à l'aéroport (Crédit photo : Sandra Inniss)

Carte de la collectivité de Whati, face à l'aéroport (Crédit photo : Sandra Inniss)

Au lendemain de l’annonce de la construction de la route toutes saisons vers Whati, des échos se faisaient entendre concernant le développement minier dans la région.

Après l’annonce du gouvernement fédéral de financer à la hauteur de 25% la nouvelle route dans la région Tlicho, l’entreprise Fortune Minerals n’a pas caché son enthousiasme.

« La route toutes saisons Tlicho est un déterminant critique pour les opérations de la mine et permettra à la compagnie de transporter les concentrés de métaux vers le sud », indique Fortune Minerals dans un communiqué émis le 12 février.

La collectivité de Whati est située à 50 km au sud du projet d’extraction d’or-cobalt-bismuth-cuivre NICO que l’entreprise propose.

L’extraction du cobalt de cette mine serait utilisée pour la fabrication de batteries de lithium-ion utilisées pour les appareils électroniques portables et les véhicules électriques. Fortune Minerals doit toutefois trouver 600 $ millions pour mettre le projet en marche.

C’est une opération risquée autant en termes d’environnement que financièrement, selon le député de Frame Lake, Kevin O’Reilly.

« C’est une compagnie qui veut faire quelque chose qui n’a jamais été fait ici auparavant. Ils mélangent tous leurs déchets ensemble en un flux [...] Je pense qu’il y a un nombre de questions techniques qui vont être posées de prime abord. Ils doivent créer un panel indépendant pour réviser l’opération. Si ça va de l’avant, c’est bien d’avoir une surveillance indépendante, mais c’est encore loin d’être construit », commente le député.

Il souligne également des inquiétudes soulevées par le partenariat public-privé (P3) relatif à la construction de la route, mentionnant que ce type de projet a été la cause de problèmes financiers à travers le pays.

Main-d’œuvre
En réaction au fait que les trois quart de la facture du chantier seront défrayés par le gouvernement territorial, M. O’Reilly se soucie de l’impact de cet investissement sur les programmes offerts aux citoyens ainsi que sur le marché du travail.

« Dans le premier budget, en termes de main-d’œuvre, [le GTNO] prévoit couper 125 postes. Certains postes étaient vacants, mais ces emplois ne seront plus là et ça aura un impact néfaste sur notre économie et sur la capacité des personnes à vivre dans le Nord », déplore-t-il.

M. O’Reilly croit qu’il y a des meilleures façons de créer des emplois dans les petites collectivités, au-delà des gros projets d’infrastructures.

« C’est certain que les gens de Whati et de la région Tlicho veulent cette route et je comprends ça, mais je pense qu’il y a des meilleurs moyens pour créer des emplois. Et on pourrait, par exemple, moderniser nos habitations, diminuer l’émission de gaz à effet de serre ainsi que diminuer le coût de la vie dans nos petites collectivités ». 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Changer de ville
Sondage
L'Aquilone, 5 publications au féminin! Comment avez-vous réagi au changement de nom de L'Aquilon durant le mois de mars?

Voir tous les résultats des sondages