#YKIFF : LE festival en ville

L'Affiche du film de Jennifer Walden, Dal Segno.

L'Affiche du film de Jennifer Walden, Dal Segno.

Pour sa 11e année, le Yellowknife International Film Festival (YKIFF) s’échelonne du 25 au 29 octobre. Il y aura, bien entendu, des présentations de films, mais aussi des rencontres avec les membres de l’industrie, des ateliers, des tables rondes et des conférences.
 

Le directeur du festival, Jeremy Emerson, écrit dans son mot de présentation que la sélection est marquée par la production de films circumpolaires. Un accent a été mis sur la création cinématographique aux Territoires du Nord-Ouest pour les ateliers. Il rappelle la créativité des Ténoises et des Ténois, et la manière dont ces gens changent la façon de voir le cinéma canadien. Cette année, pas moins de 19 événements, 17 représentations incluant 36 films sont officiellement à l’horaire.


De son côté, Camilla MacEachern, la commissaire de la cinématographie des TNO, se dit très heureuse d’être partenaire du festival : « Il s’agit d’une célébration de notre industrie et des gens qui y travaillent si fort », souligne-t-elle. Cette année, cinq films présentés dans le cadre du YKIFF ont été financés par le programme d’appui aux entrepreneurs et au développement économique (PAEDE). Il s’agit d’un fonds à plusieurs volets visant à diversifier l’économie ténoise. Ce fonds géré par le ministère de l’Industrie, du Tourisme et de l’Innovation est en partie dédié aux arts et au cinéma.


La commissaire fait part de l’importance du réseautage que le festival amène dans l’industrie puisque plusieurs organismes d’importance au Canada comme Téléfilm Canada, l’Office national du film et le National Screen Institute y seront : « Il y a une belle opportunité pour les Territoires du Nord-Ouest de montrer nos capacités à l’industrie cinématographique du Sud […] de bâtir des ponts et de renforcer les liens », se réjouit-elle.


Du point de vue d’une participante, Jennifer Walden, le festival est « la fin du circuit d’un projet artistique. […] Si, à la fin, il n’y a personne qui le voit, ça ne sert à rien ». Elle fait partie des créatrices qui ont développé leur film à 100 % aux TNO et plus spécifiquement pour ce troisième court-métrage à Yellowknife. Son film s’intitule Dal Segno et raconte l’histoire d’un jeune garçon muet qui invente un code afin de communiquer avec sa mère. Il sera présenté le samedi 28 octobre dans le cadre de la projection Canadian Short Drama Program.

Ce film étant bénéficiaire du (PAEDE), elle a été en mesure de faire passer la passion à un gagne-pain pour elle et ses techniciens : « Pour moi, je suis tellement passionnée de faire des films, que je trouve un moyen d’une façon ou d’une autre [mais] c’est le fun d’avoir la possibilité de payer le monde pour le travail qu’ils font. » La réalisatrice, maintenant en postproduction d’un premier long métrage, sera au centre d’une causerie organisée par le festival le 28 octobre à 10 h au local du Western Arctic Moving Pictures. Elle y donnera sa vision à propos de la création de films aux Territoires du Nord-Ouest.


On peut consulter la programmation complète et acheter des billets dans le site Web du festival à l’adresse www.ykfilmfest.com. Bien que tous les films soient présentés au cinéma Capitol, certains événements et ateliers se tiennent dans d’autres lieux.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.