44e Forum des Géosciences : L’exploitation minière : comment ça marche?

17 novembre 2016
 Landen Powell a présenté les différentes étapes d'une exploitation minière. 
(Crédit photo : Sandra Inniss)

Landen Powell a présenté les différentes étapes d'une exploitation minière. (Crédit photo : Sandra Inniss)

Tôt ou tard, lorsque l’on vit aux Territoires du Nord-Ouest, la discussion risque de porter sur l’industrie minière. À l’occasion du colloque 2016 sur les sciences de la terre, le GTNO a pris un moment pour enseigner les bases de ce domaine.  

« Les gens ont besoin de choses, et dites-vous que si elles ne viennent pas de la ferme, elles viennent d’une mine », a expliqué Landen Powell, géologue à la Commission géologique des TNO, lors de sa présentation Mining 101, à l’aube de l’ouverture du colloque annuel sur les sciences de la terre, à Yellowknife.

Le mandat de cet organisme gouvernemental pour lequel il travaille est d’effectuer des recherches, qui deviennent bien souvent des incitatifs importants pour amener les entreprises à investir dans un projet dans le Nord.
Cela peut prendre plusieurs, voire des milliers, de projets d’exploration avant qu’une mine voit le jour.

La présentation Mining 101 a vulgarisé les étapes de prospection, d’exploration, de développement, d’extraction, de clôture et d’assainissement d’une mine.

Prospection et exploration
Se promener, observer et récolter des échantillons, en étudiant, entre autres, l’orientation et la relation entre différentes structures géologiques et en créant une cartographie des espaces explorés. C’est ainsi que commencent prospection et exploration.

Où? Normalement près d’un lieu où il y a déjà eu une extraction, connu pour ses minerais.

Comment? Les programmes d’exploration commencent par l’examen de l’information existante (études gouvernementales, rapports d’évaluation, bases de données, etc.).

Des consultations auprès de différents acteurs gouvernementaux, des collectivités autochtones et des utilisateurs de terres à des fins récréatives sont effectuées dès le début du processus. Ces contacts sont d’ailleurs maintenus tout au long de la vie de la mine.

Dès l’étape de la prospection, une fois que le jalonnement a été effectué, c’est-à-dire délimiter légalement un endroit pour l’exploration, s’en suivent recherche, échantillonnage et analyse pour identifier la réserve de minerai et générer des rapports de faisabilité.

À la lecture des rapports, on détermine si oui ou non la prochaine étape sera enclenchée. « Habituellement, elle ne l’est pas », précise Landen Powell lors de la présentation. 

Si la décision est de poursuivre le projet, l’exploration avancée est enclenchée et d’autres relevés sont effectués par la suite (géochimie, géophysique et forage, souvent connu sous le terme anglais de drilling). Ces tests permettent de délimiter un minerai et à mettre à jour le statut de ressource probable à une réserve prouvée.

C’est à ce moment que la base de référence environnementale est également effectuée, afin de connaitre la condition environnementale actuelle des lieux. Avec les études de préfaisabilité et de faisabilité, on prend la décision de passer à l’étape du développement. Landen Powell rappelle qu’au stade d’une exploration avancée, encore une fois, il est toujours possible que le projet n’aille pas plus loin.

Scott Cairns, responsable de la cartographie de gisement minéral et de substrat rocheux à la Commission géologique des TNO a soulevé en exemple, suite à Mining 101, deux projets d’explorations avancées présentement sous étude : les sites Howard’s Pass, dans les montagnes à la frontière du Yukon et Prairies Creek, toutes deux en vue de l’extraction de zinc. Un produit de l’industrie minière qui pourrait être convoité au cours des prochaines années, selon l’expert.

Développement
Viennent alors la demande de permis, la conception de la mine et sa construction ainsi que la logistique des opérations d’exploitation minière. Sur le plan de la conception, par exemple, la mine sera-t-elle souterraine ou à ciel ouvert? Le plan d’assainissement (en prévision de la fermeture de la mine) est développé et constamment mis à jour. Ce plan vise à rétablir l’environnement à son état initial.

Extraction
L’extraction des minerais commence, la mine est en exploitation. L’extraction comprend :

1- Forage
2- Dynamitage
3- Chargement
4- Transport

Pour une mine souterraine, s’ajoutent la ventilation - question de respirer - et le soutien de la structure.

Clôture et assainissement
À la fin de la vie de la mine, l’exploration est en cours pour une autre réserve de minerais. La mine est fermée ou mise en entretien et en réparation. Il est maintenant temps de remettre le site dans son état original ou de le remodeler pour d’autres usages. C’est le grand ménage, l’assainissement ou le réaménagement des sols pour un retour à un état naturel de l'environnement. Une surveillance est également effectuée pendant une période minimale de 15 ans, en ce qui concerne la qualité de l’eau, par exemple.

Aux TNO, on rapportait dans un article de la CBC du 4 octobre 2016, l’abandon de cinq mines près de Yellowknife (Ptarmigan, Tom, Crestaurum, Tin et Burwash) pour lesquelles certaines ambigüités demeurent quant la responsabilité de la remise en état, suite à la dévolution. Dans cet article, le député Kevin O'Reilly a insisté sur l'urgence d'agir à cet effet, particulièrement par rapport aux agents contaminants sur ces sites.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Changer de ville
Sondage
L'Aquilone, 5 publications au féminin! Comment avez-vous réagi au changement de nom de L'Aquilon durant le mois de mars?

Voir tous les résultats des sondages