Sur les planches : L’excursion nordique de Collectif9

Collectif9 performe en formation complète à Tuktoyaktuk. (Crédit photo : Nicolas Servel)

Collectif9 performe en formation complète à Tuktoyaktuk. (Crédit photo : Nicolas Servel)


Le groupe montréalais de musique classique Collectif9 était de passage aux TNO sur invitation du Northern Art & Cultural Centre. Résumé d’une tournée qui s’est passée en un clin d’œil.
 

Après une série de spectacles en Asie, Collectif9 s’est rendu jusqu’aux TNO pour présenter son concert de musique classique, mais jamais ordinaire. Collectif9 se distingue par une approche populaire. Des spectacles à grand déploiement qui agencent lumières et mise en scène comme un spectacle rock, avec un son plus « énergisant et innovant ». Telle est la manière dont on les présente au Northern Art & Cultural Centre (NACC).


D’ailleurs, c’est à la suite de l’invitation de Marie Coderre, directrice artistique et générale du NACC, qu’ils ont eu l’occasion de venir dans le Nord canadien. Cette offre venait avec une condition lors d’un passage en région : diviser le groupe en deux. Il s’agissait de la première fois que le groupe avait à se séparer. Il a donc fallu adapter les arrangements en fonction d’un plus petit orchestre : « Ça été un peu de travail, mais on voulait le faire […] mais on n’a pas hésité à faire le travail nécessaire », affirme M. Bertin-Maghit, un des membres du groupe Collectif9 qui participait, entre autres, à la représentation de Norman Wells.

Quatre collectivités
En tout, ils auront visité quatre villes, dont Norman Wells, Fort Smith, Tuktoyaktuk et Yellowknife. Pour l’ensemble, il est important de faire connaître la musique classique au plus grand nombre de personnes et particulièrement au Canada : « En tant que groupe canadien, ça fait partie de notre identité aussi, de s’adresser aux gens des quatre coins du pays », rappelle Thibaud Bertin Maghit. Le but est de rejoindre les gens où ils sont et c’est encore plus motivant pour le collectif si les spectateurs n’ont pas beaucoup d’occasions d’écouter des concerts de musique classique.


De plus, en venant aux Territoires, ils ont apprécié la proximité avec le public et l’accueil familial qui leur était réservé. Pour M. Bertin-Maghit, cette expérience lui prouve que « la musique est un prétexte à voyager et à rencontrer les gens ». De ces « rencontres » en est ressorti une comparaison entre le groupe et les gens des TNO : les personnes viennent de plusieurs endroits pour s’y retrouver. D’un autre côté, ils pouvaient rencontrer des gens qui connaissaient bien leur répertoire musical et pour d’autres, il s’agissait de leur premier concert : « D’offrir la chance à quelqu’un d’aller écouter son premier concert, c’est magique ! », s’exclame le membre de Collectif9.

Une célébration
Le groupe au complet a été invité à l’ouverture de la nouvelle route qui relie Tuktoyaktuk à Inuvik. Pour M. Bertin-Maghit, il s’agit d’une expérience particulière : « C’était pas un contexte de concert, mais de célébration, les gens dansaient plus qu’ils écoutaient [rires]. »
Malgré la chance de s’être rendus jusqu’à la collectivité innuvialuite, les musiciens devront revenir pour y voir l’océan Arctique : « On était là très peu de temps, donc on n’a rien vu du tout, à part le lieu de l’événement. » S’ils revenaient, ils aimeraient s’associer à des musiciens locaux pour donner une nouvelle couleur à leur musique.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.