Sixième édition de Ptarmicon : Jouer son bien-être

Cosplay BMO lors d'une édition antérieure (Gracieuseté : VIctoria Ollerhead)

Cosplay BMO lors d'une édition antérieure (Gracieuseté : VIctoria Ollerhead)

Les amateurs d’anime, de Cosplay, de manga et de jeux de société se rassemblent au Chateau Nova de Yellowknife les 29 et 30 juillet prochain. Les organisateurs de Ptarmicon 2017 ont ajouté un nouveau volet cette année : sensibilisation à la santé mentale.

Ptarmicon reçoit une invitée spéciale pour aborder la question de la santé mentale lors de cette 6e édition : Elaine Will, auteure de Looking Straight Ahead, une bande dessinée qui raconte l’histoire d’un jeune homme de 17 ans vivant un épisode dépressif.

« On pensait qu’elle était parfaite, explique Victoria Ollerhead, membre du conseil d’administration de Ptarmicon. Aux TNO, on voit beaucoup de troubles de santé mentale et on trouvait que ce serait un bel ajout cette année. » 

L’idée d'inviter l'auteure avait été proposée en 2016, mais s’était avérée impossible faute de fonds. « Cette fois, quelques entreprises en ville sont venues de l’avant et nous ont aidés pour le financement », raconte l’administratrice.

Elaine Will fera une lecture au public, gratuite, lors de laquelle les participants pourront interagir. « Ils pourront comprendre que l’anxiété, la dépression, c’est quelque chose qui arrive, qu’il ne faut pas en avoir peur. »

Une table ronde avec la bédéiste et Patricia Kyle, une experte en santé mentale au gouvernement des Territoires du Nord-Ouest, représentera aussi une occasion pour les participants de poser leurs questions pour savoir où se diriger en cas de besoin.

Se sentir bien, dans son personnage
Victoria Ollerhead est passionnée de Cosplay (« costume » et « play »). Elle explique que c’est pour plusieurs, une manière de gagner confiance en soi, de se sortir de l’isolement.

« Je suis de nature plus timide, donc je ne veux pas nécessairement être le personnage que je cosplay. Je suis moi-même, mais j’aurai l’air différente. Certaines personnes prendront cela à cœur et étudierons le personnage qu’ils aiment, s’habilleront comme eux et à la convention ici et dans le Sud, ils agiront comme le personnage. Ils se demandent qu’est-ce que le personnage ferait dans une situation, comment il réagirait. Des petites choses qu’ils font et qui nous font dire : "Mais mon dieu, on dirait qu’ils sont ici!" »

« Ce n’est pas important de quoi tu as l’air, qui tu es, homme, femme, tu peux être qui tu veux être. Les personnages que je cosplay normalement — je suis une femme — mais je fais habituellement des personnages masculins, juste parce que je regarde plus souvent ceux-là et que je les aime beaucoup. »

Tisser des liens
Pour elle, le Cosplay a aussi été une occasion de se créer un réseau à l’international.

Elle rencontre une amie dans une convention en Floride. Se fait trois autres amies en Californie, avec qui elle ira au Japon prochainement.

« Je ne suis pas une personne sociale; je veux l’être, mais je ne suis pas encore là! Donc de sortir, d’aller vers l’autre et de passer du temps ensemble, de parler de ce qu’on aime », décrit Victoria Ollerhead.

« Les gens peuvent se sentir peu confiants, d’autre super confiants, mais quand ils arrivent à la convention, qu’ils se mettent dans la peau de leur personnage... tout le monde s’habille dans son propre personnage, donc il ne devrait pas y avoir de jugement et de chose comme ça, et généralement, la communauté cosplay fait preuve d’un bel appui et est ouverte aussi. Ce que tu es, ce que tu as envie de faire. Fais-le! Les gens vont te dire : "C’est super que tu fasses ça". »


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.