Budget fédéral : Investir pour la réconciliation

Le ministre des Finances Bill Morneau a annoncé la création de 40 000 nouvelles places en garderie en trois ans. (Source : Page Facebook Bill Morneau)

Le ministre des Finances Bill Morneau a annoncé la création de 40 000 nouvelles places en garderie en trois ans. (Source : Page Facebook Bill Morneau)

Une portion des investissements du budget Morneau sera attribuée à la réconciliation.
Qu’est-ce que cela représente pour les Territoires du Nord-Ouest, où plus de 50 % des résidents sont autochtones?

Lors du dévoilement du budget fédéral 2017, le 22 mars, le ministre des Finances, Bill Morneau, a affirmé que son exercice budgétaire « fera progresser la réconciliation avec les peuples autochtones ». Des investissements en infrastructure, en santé et des mesures pour promouvoir la revitalisation des langues et des cultures autochtones sont annoncés.

Le chef national de l’Assemblée des Premières Nations, Perry Bellegarde, a réagi à cette annonce en déclarant que les Premières Nations ont travaillé d’arrache-pied pour s’assurer d’obtenir des investissements importants dans les deux derniers budgets. « Nous avons besoin de voir un changement sur le terrain. Pour y arriver, le système doit agir plus rapidement et plus efficacement. Je serai heureux lorsque l’écart sera enfin éliminé et que les Premières Nations pourront jouir de la même qualité de vie que les autres Canadiens. »

Le ministre des Finances des Territoires du Nord-Ouest, Robert C. McLeod, a affirmé que le gouvernement fédéral a renoué une relation nation à nation : « Ils parlent de 222 millions de dollars pour de nombreuses initiatives. » Il évoque par ailleurs la mise en place d’un réseau national de gardiens de territoires autochtones, géré par l’Initiative de leadership autochtone, qui permettrait de rémunérer des gardiens chargés de protéger l’environnement. Ce sont 25 millions de dollars sur une période de cinq ans qui soutiendront ce projet pilote.

« Cela donne aux personnes autochtones beaucoup plus de responsabilités et de ressources pour gérer les territoires traditionnels », poursuit le ministre ténois. Il affirme que le GTNO ne connait pas encore les détails du budget : « Nous devrons attendre pour connaitre les montants alloués aux Territoires du Nord-Ouest. »

Le ministre des Finances des TNO avait tout de même le sentiment que le gouvernement fédéral avait répondu à la majorité des inquiétudes du GTNO.

Investissements en habitation
Le montant alloué aux logements dans le Nord représente 300 millions de dollars pour les trois territoires, soit 36 millions pour les Territoires du Nord-Ouest. « Cela s’ajoute à ce que le gouvernement territorial investit », indique Robert C. McLeod. Le GTNO prévoit investir 75 millions de dollars en habitation pour l’année 2017-2018.

« Tout ce qu’on peut avoir de plus comme argent pour l’habitation, c’est toujours une bonne chose, et investir en habitation est l’une de nos priorités pour la 18e Assemblée législative. La Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) nous donne du financement tous les ans pour nous aider avec nos logements sociaux, et cet argent diminue chaque année ». Il explique que ce montant de la SCHL sera éliminé d’ici 2038, mais qu’il n’a pas été appelé à diminuer cette année.

La ministre responsable de la Société d’habitation des Territoires du Nord-Ouest, Caroline Cochrane, ne semblait pas satisfaite du montant alloué par le fédéral. « J’ai été un peu déçue lors de l’annonce du budget fédéral. [Le gouvernement] disait que 300 millions iraient pour le Nord et j’ai dit “Oh c’est super!”. Et alors j’ai compris que c’était 36 millions pour les Territoires du Nord-Ouest et je me suis dit “Est-ce que c’est une blague?”. Ce montant sera distribué sur une période de 11 ans. Ça donne juste un peu plus de 3 millions par an. » Avec 33 collectivités aux TNO, ce 3,3 millions de dollars équivaut à moins de 100 000 $ par collectivité par année.

Fonds pour l’énergie dans l’Arctique
Quatre cents millions de dollars seront répartis entre les collectivités nordiques pour l’énergie dans l’Arctique. Préalablement à l’annonce du budget, le GTNO avait discuté avec le fédéral du fait que 23 des collectivités des TNO dépendent toujours de l’énergie provenant du diesel.

?« Nous avons parlé d’énergie de remplacement. C’était bien de voir que nous avons eu de l’argent pour cette initiative et qu’il y a une occasion pour nous de tirer parti de ces fonds. Je peux vous assurer que nous allons saisir cette chance », a dévoilé Robert C. McLeod. Le GTNO désire offrir des solutions de rechange à ces petites collectivités, qui font face à des coûts énergétiques élevés.

Un financement plus près des provinces
Le ministre des Finances était heureux de pouvoir compter sur certains financements de base auxquels s’ajoutent un montant selon la population, ce qui donne un peu plus d’argent aux TNO.

« Aux Territoires du Nord-Ouest, nous avons 44 000 résidents et quand [le gouvernement] annonce des montants par personne, et bien 44 000 personnes, ce n’est pas tant que ça. Nous avons toujours mis de l’avant, dans nos conversations avec Ottawa, qu’un montant de base devait être envisagé quand on parle de financement pour les plus petits territoires. »

Lire aussi Réactions de la francophonie 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.