Histoire au féminin : Infirmières du Nord, infirmières de coeur


Barbara Bromley

Barbara Bromley

 

C'est l'histoire de deux infirmières de Yellowknife qui auront pratiqué leur métier alors que les services de santé aux Territoires du Nord-Ouest étaient limités et que les conditions de travail étaient précaires. Étant régulièrement le seul personnel médical disponible, elles ont dû à maintes reprises porter les chapeaux de dentiste, nutritionniste, travailleuse sociale, plombière et réparatrice.
 

Deux femmes exceptionnelles ont bâti une grande partie des services de santé territoriaux d’aujourd’hui et ont légué un héritage communautaire immense :

Barbara Bromley
Barbara est arrivée à Yellowknife en 1948. Elle travaillait comme infirmière et se déplaçait dans toutes les communautés et les camps de travailleurs. Elle dédia sa vie à faire du Nord un endroit agréable pour tous. Barbara était une bénévole infatigable dans la communauté de Yellowknife et outre son métier, cette maman, grand-maman et arrière-grand-maman était propriétaire d’une entreprise, elle s’investissait activement à son église et elle défendait les droits des personnes âgées.


Barbara dû quitter le métier d’infirmière quelques années pour gérer l’entreprise Bromley and Son après que son mari soit décédé tragiquement alors qu’elle n’avait que 40 ans et 4 adolescents. Barbara n’ira le rejoindre qu’en 2015 à l’âge de 88 ans. Dans son rôle d’infirmière, elle démarra la clinique d’immunisation, pris part aux nombreuses évacuations médicales et offrit les soins infirmiers à domicile. Barbara aimait les gens et elle voua sa vie à offrir une qualité de vie à tous, particulièrement aux plus vulnérables. Toutes ses bonnes œuvres lui valurent l’Ordre du Canada en 2000.

Jan Stirling
Jan s’est d’abord enrôlée comme infirmière dans le Royal Army Medical Corps lors de la guerre de Corée. Elle fut déployée au Japon, là où elle rencontra son époux, Major William Stirling. Jan déménagea à Yellowknife en 1971 et dirigea la santé publique jusqu’à sa retraite en 1997, à l’âge de 70 ans. Elle nous quitta la veille de ses 90 ans en 2017.
Jan a travaillé partout aux Territoires jusque dans les communautés les plus isolées. Elle participa à des centaines d’évacuations médicales effectuées à bord d’un Otter ou d’un Cessna. Elle en vint à savoir décoder la météo tel que le faisaient les pilotes. Jan fut toujours volontaire pour prendre des avions de brousse pour atterrir en terre nordique isolée ou se laisser transporter sur la motoneige d’un inconnu afin d’aider quelqu’un dans le besoin. Avec sa compassion auprès des gens qu’elle rencontrait, Jan établissait des liens uniques auprès de ceux qui vivaient dans l’isolement, l’exclusion et la dépression.


Elle était très généreuse et de façon spontanée, côtoyait la misère et conversait avec les sans-abris. Par ailleurs, elle prit sous son aile de nombreux vietnamiens immigrants dès leur début d’arrivée dans les années 1980. Son implication professionnelle et personnelle auprès de toute la communauté territoriale lui valu de nombreuses distinction telles que l’Ordre des Territoires du Nord-Ouest, deux médailles du jubilé de la Reine ainsi que la médaille du souverain pour les bénévoles.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages