Chronique chasse et pêche : GO HABS GO

Jocelyn Démétré et Paul Byron. (Gracieuseté : GSLS)

Jocelyn Démétré et Paul Byron. (Gracieuseté : GSLS)

L’été dernier, à ma grande surprise, j’ai eu l’immense privilège de guider un joueur du Canadien. L’aventure a débuté l’hiver dernier par un simple coup de téléphone, où on m’a proposé de guider Paul Byron. Sur l’instant, j’avais l’impression de me faire mener en bateau, si vous voyez ce que je veux dire.

C’est après avoir terminé la réservation du forfait en question que j’ai réalisé que ce n’était pas une plaisanterie de mauvais goût. Après avoir raccroché, j’ai immédiatement fait des recherches sur Paul afin de le connaître davantage. Étant moi-même un fan du Canadien de Montréal, l’idée d’avoir un de ses joueurs à bord était magique.

Quelques mois plus tard, il était en action, cette fois-ci à la pêche! La vedette du tricolore n’avait qu’un seul désir : capturer le poisson de ses rêves. Nous étions en début de saison et la grise était au rendez-vous. La température de l’eau était d’environ 40 degrés Fahrenheit et la plupart des attaques se déroulaient en surface. Plusieurs belles prises avaient déjà été capturées, mais nous n’avions toujours pas récolté le trophée tant convoité par notre ami Paul.

Connaissant parfaitement mon plan d’eau, je savais exactement où les grises géantes se situaient. Cependant, la météo ne nous permettait pas d’y aller. Le Grand lac des Esclaves fait partie des plans d’eau que l’on doit respecter, dans le sens où son immensité est largement plus imposante que la coque de mon vingt-deux pieds.

Malheureusement, la météo nous faisait la vie dure et selon les derniers rapports, ce n’était pas prêt de changer. Rien n’était perdu, car on annonçait une accalmie la journée même de son départ et j’anticipais le meilleur pour cette courte sortie.


Tel que planifié, nous étions à quelques minutes du départ et je misais sur le côté nord de l’île Blanchette afin de débusquer un ou deux monstres. À peine sur place, nous avions une « dérouleuse » qui, en quelques instants, éloignait le leurre de plusieurs dizaines de pieds sous le bateau; nous étions « en business ».

Poisson!! J’annonçais à Paul qu’il devait sortir le poisson avec ses mains, tel que j’aime bien le faire. Sans aucune hésitation, il a accepté le défi et nous avons commencé à apercevoir le monstre de trente livres qui annonçait déjà son intention de repartir au fond de l’eau. Vous comprendrez que maintenant que nous avions vu à qui nous avions à faire, l’adrénaline était palpable et le regard de Paul était d’une intensité légendaire. Notre hockeyeur, qui était dans sa bulle, a agrippé le poisson fermement, mais a été toutefois incapable de le remonter dans le bateau.

Malgré tout, il n’a pas lâché sa prise. Je n’aurais jamais pensé un jour faire une « assiste » à un joueur de la LNH, mais c’était ma chance… D’une main, j’ai donné la caméra et de l’autre, j’ai aidé Paul Byron à sécuriser le poisson de trente livres à l’intérieur du bateau.

C’est pour ces moments que j’adore mon travail de guide de pêche et que je suis reconnaissant des moments intenses que je vis à travers les saisons.
 


Tous les commentaires (1)

Écrit par Anonyme, 08 avril 2017, 13 h 57
En matière de défi, Paul Byron n'est pas du genre à lâcher prise.
Laissez nous vos commentaires
Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.