Sur les pages : Faire fortune ou y croire

456 pages
www.pulaval.com/produit/orpailleurs-faire-fortune-au-klondike

456 pages www.pulaval.com/produit/orpailleurs-faire-fortune-au-klondike

À la fin du 19e siècle, le début de la ruée vers l’or entraîne une importante migration vers le Yukon. Des milliers d’aventuriers quittent leur terre dans l’espoir de changer leur vie. Charlotte Gray nous raconte ici l’histoire de six de ces aventuriers.


Bill Haskell part pour faire fortune. Le père Judge fonde un hôpital. Jack London va chercher de l’inspiration pour l’écriture. Belinda Mulrooney, une femme d’affaires riche et déterminée, bâtit un hôtel. Flora Shaw, une journaliste en quête d’histoires. Sam Steele, un « mountie » qui s’y rend pour rétablir l'ordre.


Des personnes extrêmement déterminées et qui sont toutes en quête de changement et de défis. Les points communs avec la ruée vers l’or et l’exploitation minière autour et dans la ville de Yellowknife sont multiples.


Tout d’abord, l’or a été le point déterminant de la fondation de Yellowknife et de l’arrivée de milliers d’habitants, autres qu’autochtones, dans la région. L’esprit d’aventure et l’espoir de faire fortune attisent les passions.


Vient ensuite la réalité qui les rattrape… Comment s’adapter aux conditions de vie, les relations avec les Amérindiens, le climat rigoureux, l’éloignement et l’isolement géographique, être loin de sa famille, de ses amis?


Souvent, la décision de rester ou de partir est liée à un sentiment : est-ce que je tombe en amour avec ce style de vie ou non?


Ne faire que de l’argent est rarement ce qui t’amène à demeurer dans un endroit comme Yellowknife ou Dawson City. Ça prend autre chose, et c’est ce qui fait que tous les nouveaux arrivants sont confrontés à des décisions, à des choix et à des remises en question.


Il est certain que le milieu isolé laisse miroiter d’infinies opportunités commerciales, artistiques, monétaires. Mais la noirceur et le froid, la distance avec les proches, le manque d’offre culturelle peuvent évidemment rebuter et repousser les nouveaux arrivants vers le Sud.


Mais il reste que ceux qui tombent en amour avec le style de vie nordique finissent par s’y établir et y rester… Ou y revenir… comme dans mon cas.


Ce qui demeure déterminant dans la décision de rester ou de partir est lié à la possibilité d’emploi, l’économie. Lorsque la ruée vers l’or s’est terminée au Yukon, c’est qu’il n’y restait plus assez d’or pour la peine. Qu’adviendra-t-il de Yellowknife quand le même phénomène se répètera pour les diamants?


Ce livre de Charlotte Gray nous amène à réfléchir (avec plus d'un siècle d'écart) sur notre propre réalité et nous confronte aux multiples facettes de notre séjour dans notre propre communauté nordique. C’est une excellente lecture pour nous permettre de jauger les effets et les impacts de notre décision de venir y habiter.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.