#FOTR2017 : En nombre

Des Festivaliers heureux. (Crédit photo : Nicolas Servel)

Des Festivaliers heureux. (Crédit photo : Nicolas Servel)

Avec City and Colour et Shad en têtes d’affiche, l’édition 2017 aura attiré au total plus de 2800 festivaliers, soit 500 de plus que l’année précédente.


Une occasion de s’initier à de nouveaux sons et à de nouveaux artistes, explique Taylor Major, festivalière depuis quelques années : « [L’événement] nous permet d’écouter des artistes dont on n’aurait jamais entendu parler sinon. Une fois sur deux, on ne connait pas le groupe qu’on écoute, mais par la suite, on ne peut s’empêcher de les réécouter », raconte-t-elle.


Pour d’autres, comme Seamus, l’événement vaut le détour simplement pour profiter du site et du lac tout près : « S’il fait beau, profiter de ce site est une expérience plaisante en soi », explique celui qui revient chaque année depuis qu’il est tout jeune.


Une sortie musicale où toute la famille peut y trouver son compte, précisent Dany et Taylor Major, tous deux parents de jeunes enfants : « Il y a du plaisir pour toute la famille, petit ou grand. Il y a d’ailleurs de l’eau tout près où l’on peut se baigner », expliquent-ils.

Une sortie à coût élevé?
À 130 $ le billet, Folk on the Rocks est-il trop dispendieux? Pour Kendra, festivalière de longue date, si le prix du billet peut sembler élevé, il demeure proportionnel à la qualité des spectacles offerts. En ce sens, elle n’y voit pas de problème. « Les gens peuvent se porter volontaires et ainsi [obtenir un accès gratuit au festival] », rappelle son amie Christine.


Carly Bradley, productrice du festival, justifie le prix des billets par le coût élevé inhérent à ce type d’événement : « Nous devons débourser pour le transport et les hôtels des artistes et en plus de cela, nous souhaitons toujours obtenir des artistes de qualité », explique-t-elle. « Folk on the Rocks est plus abordable que [le festival] de Dawson City, alors que nous avons plus d’artistes et qu’ils bénéficient d’une plus grande popularité », ajoute-t-elle à titre de comparaison.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.