Donner du contrôle aux collectivités

Louisa Wedzin en formation dans le cadre du programme Advancing local government administrators. (Gracieuseté : Gouvernement communautaire de Behchoko)

Louisa Wedzin en formation dans le cadre du programme Advancing local government administrators. (Gracieuseté : Gouvernement communautaire de Behchoko)

Deux résidentes de Behchoko étaient de passage à Yellowknife dans le cadre de leur formation à l’école de l’administration communautaire, en vue d’agir à titre d’agente administrative principale pour leur collectivité.

L’école de l’administration communautaire enseigne aux Ténois comment gérer les enjeux locaux dans leurs propres collectivités.

Cette institution qui fait partie du ministère des Affaires municipales et communautaires donne des opportunités de formation aux résidents des collectivités ténoises, par le biais du programme Advancing local government administrators (ALGAP), qui existe depuis 2010, et offre les outils à ses étudiants pour assumer les responsabilités d’agent administratif principal.

« L’école aux TNO est unique dans le sens où l’objectif n’est pas de prendre quelqu’un en dehors de la collectivité et de la former, mais de choisir quelqu’un qui est déjà présent et de lui donner les ressources », explique Larry Baran, actuellement agent administratif principal de Behchoko.

Son mandat est d’effectuer la transition et soutenir les personnes en formation. Impliqué depuis 6 ans aux Territoires du Nord-Ouest, c’est avec lui que travaillent les résidentes de Behchoko de passage à Yellowknife, Louisa Wedzin et Treeva Richardson, jusqu’à ce qu’elles assument le rôle à elles seules.

Auparavant, M. Baran a travaillé comme administrateur à Whati pendant 4 ans et ensuite comme assistant, pour céder le rôle à Lisa, une étudiante qui a complété le programme et qui occupe maintenant le poste à Whati.

« C’est une fonction qui est stressante. Les collectivités doivent identifier le bon candidat pour le programme », explique le directeur de l’école, Dan Schofield.

Le maire ou le Chef de la collectivité, et ses conseillers élus sont responsables de la gouvernance. L’agent administratif principal est le seul employé du Conseil de la collectivité et c’est lui qui gère essentiellement la collectivité et ses employés, comme les travaux publics, entre autres.

Se construire un réseau
« Beaucoup de personnes ne comprennent pas que, quand tu es administrateur dans une collectivité, c’est difficile parce qu’il y a des choses dont tu es au courant, des confidences qui passent sur ton bureau tout le temps et tu ne peux pas en parler à qui que ce soit. Tu peux sentir un certain degré de frustration et d’inquiétudes », explique le formateur et administrateur M. Baran.

Pour pallier à cela, les administrateurs se construisent un réseau avec d’autres administrateurs et assistent chaque année à une conférence, pour rencontrer les nouveaux et pour rassembler aussi ceux qui sont là depuis un moment.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Changer de ville
Sondage
L'Aquilone, 5 publications au féminin! Comment avez-vous réagi au changement de nom de L'Aquilon durant le mois de mars?

Voir tous les résultats des sondages