Gaz à effet de serre : Deux provinces refusent de signer, la taxe carbone s’appliquera malgré tout

OTTAWA - Deux provinces ont refusé de signer l’entente «cadre» sur la stratégie pancanadienne de lutte contre les effets de serre, mais Justin Trudeau les a prévenues: un prix sur le carbone leur sera imposé malgré tout, comme prévu.
Onze des 13 provinces et territoires canadiens ont apposé leur signature sur le document qui fait office de plan pour réduire les gaz à effet de serre (GES), boudé par la Saskatchewan et le Manitoba pour des raisons différentes. La Colombie-Britannique, qui a fait prolonger le suspense, a fini par donner son aval à la dernière minute, moyennant quelques garanties.


C’est la volonté du gouvernement Trudeau d’imposer un prix plancher sur le carbone dès 2018 qui a créé le plus de tensions. Mais M. Trudeau n’a pas hésité à confirmer qu’Ottawa ira de l’avant, malgré le mécontentement de certains.
« Nous avons besoin de protéger l’environnement pour nos petits enfants, a-t-il signalé. Et les mesures que nous avons annoncées d’amener un prix sur le carbone, à travers le pays, s’il n’y a pas de programme équivalent généré par les provinces, continue à s’appliquer à travers le pays. »


Seul le premier ministre québécois Philippe Couillard manquait à la longue table à la conférence de presse rassemblant M. Trudeau et ses homologues des provinces et territoires, ainsi que les leaders autochtones. Il était retenu à Québec pour la fin de la session parlementaire et n’est arrivé à Ottawa que pour le souper portant sur le financement des soins de santé.


Le premier ministre de la Saskatchewan, placé à quelques sièges de M. Trudeau, a fait craquer le vernis d’unité que ce dernier aurait préféré présenter, en signalant que le président américain désigné Donald Trump, un climatosceptique avéré, n’allait pas mettre en oeuvre un tel plan de lutte contre les changements climatiques.


« Je dis simplement: ne soyons pas naïfs, en tant que Canadiens. Il s’agit non seulement de notre premier partenaire commercial, mais aussi d’un compétiteur pour les investissements, l’énergie, etc. Nous avons besoin d’être compétitifs et c’est l’une de nos preoccupations », a lancé Brad Wall.


M. Trudeau lui a rétorqué du tac au tac: « Je pense que tous les Canadiens savent que la politique climatique du Canada sera fixée par les Canadiens, peu importe qui s’avère être le président des États-Unis. »


Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, a expliqué son refus de signer par les besoins grandissants en santé de sa province, semblant ainsi rendre conditionnel son appui au document à une hausse des transferts fédéraux en santé.


« J’ai l’obligation, parce qu’il s’agit de la préoccupation première de ma province, de soulever la question. Et je vais continuer de la soulever », a-t-il indiqué en guise de justification.

Mesures
L’une des mesures phares du plan de Justin Trudeau demeure le prix sur le carbone annoncé en octobre, qui sera imposé aux provinces qui n’ont pas déjà en place un système de fixation du prix. Dès 2018, le prix sur la tonne de CO2 sera de 10 $ au minimum, et grimpera de 10 $ annuellement pour atteindre 50 $ en 2022.


Pour faire abaisser le nombre d’émissions de mégatonnes de GES du seuil actuel de 742 à 523 en 2030, Ottawa compte sur un ensemble de mesures, lesquelles étaient pour beaucoup déjà connues.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Changer de ville
Sondage
L'Aquilone, 5 publications au féminin! Comment avez-vous réagi au changement de nom de L'Aquilon durant le mois de mars?

Voir tous les résultats des sondages