Les Évadés - Chronique aventure : De Sept-Îles à Yellowknife sur le pouce

02 février 2017

Amandine Coucke et Quentin Wuyts parcourent le Canada sur le pouce depuis quatre mois, vivant sur le principe du troc. Le marché qu'ils proposent : leur art en échange d'hébergement et de nourriture.

Après avoir traversé une partie de l'Europe et du Maroc, les comédiens clowns, Amandine Coucke et Quentin Wuyts décident de s'envoler vers le Canada. «On a commencé par le Québec, où on est restés trois mois pour jouer», raconte Amandine Coucke fraîchement arrivée à Yellowknife.

« Quand on voyage, quand on bouge, on en parle aux gens, on explique où on veut aller. Il y a souvent le bouche-à-oreille qui fonctionne bien et alors les gens nous disent : " ah j'ai une connaissance là-bas" et souvent, les premières nuits, on est chez les amis d'amis et après l'ami d'ami a souvent un autre ami qui peut nous aiguiller... », affirme Quentin Wuyts.

Autrement, ils se rendent dans des lieux publics et expliquent aux passants qu'ils cherchent un endroit où dormir. « On cherche l'hospitalité. Parfois ça prend une heure, deux heures, ou parfois c'est la première personne à qui on demande qui nous répond : "Venez chez moi, j'ai de la place pour vous" et puis ouais ... avec les gens qui nous prennent en pouce, c'est déjà arrivé qu'on nous dise : "j'ai une deuxième maison vide dans laquelle vous pouvez dormir", des choses comme ça », poursuit le couple.

Leur passage au Centre d'amitié autochtone de Sept-Îles est un exemple de leur expérience de troc. Ils s'y rendent tous les midis pour manger, et les gens leur donnent des pâtés et des pains ainsi que des habits d'hiver, et en échange, ils performent pour la collectivité.

« Et pour dormir, on était dans une auberge. Au départ, on a expliqué à l'aubergiste notre projet, elle nous a dit qu'on pouvait rester et en échange, on donnait du temps pour monter des abris Tempo et donner des coups de serpillères. On a présenté le spectacle dans l'auberge au final pour les gens là-bas. »

Sur la route vers Yellowknife, les gens sont généreux et offrent au couple une masse de café Tim Horton’s. Mais le voyage comprend son lot de rebondissements.

La route vers les TNO
Alors qu'ils peuvent, à l'occasion, trouver refuge dans les stations d'essence pour se réchauffer, il arrive également qu'ils soient avertis de ne pas interpeler les clients des stations d'essence pour faire du stop.

Quentin raconte cette fois où ils ont dû innover pour pouvoir se réfugier, un soir dans les environs de Winnipeg. « On n'était pas trop les bienvenus. Il était 11 heures du soir et il faisait noir... Normalement on essaie de faire ça quand il fait clair. On marche et on voit une église, l'église est fermée. Et on se dit que c'est pas grave, on va trouver un autre endroit, et on trouve une grande résidence avec un hall d'entrée dans lequel on peut se réchauffer ». ?

Cette fois-là, ça aura pris 23 heures avant qu'ils puissent se remettre sur la route vers Yellowknife. Tout de même, deux semaines après avoir quitté Sept-Îles, ils arrivent à Hay River, où ils jouent leur spectacle à l'École Boréale.

Maintenant arrivés à Yellowknife, ils sont à la recherche d'opportunités. « On échange notre spectacle et parfois d'autres services aussi, comme la cuisine et en échange on cherche à être logés et nourris durant notre séjour. On aime beaucoup ce mode d'échange, ça nous permet de rencontrer les gens », poursuit la comédienne clown.

Sans fla-fla, maquillage, ni grosses chaussures, le nez de clown suffit pour les comédiens. « On garde nos nez pour garder les codes du jeu théâtral clownesque, mais on pourrait les enlever presque » puisqu'ils exploitent le jeu dans le mouvement.

Leur spectacle s'intitule Machine Mouchkil. Il met en scène un nomade et une sédentaire et porte sur l'ouverture.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Changer de ville
Sondage
L'Aquilone, 5 publications au féminin! Comment avez-vous réagi au changement de nom de L'Aquilon durant le mois de mars?

Voir tous les résultats des sondages