NeoIndigenA : Danser dans les trois mondes

Sur scène : Santee Smith lors de sa prestation de NeoIndigenA à l’occasion des spectacles de célébration du 150e au NACC. (Crédit photo Sandra Inniss)

Sur scène : Santee Smith lors de sa prestation de NeoIndigenA à l’occasion des spectacles de célébration du 150e au NACC. (Crédit photo Sandra Inniss)

Pour la deuxième fois à Yellowknife, Santee Smith performe solo sur la scène du Northern Arts and Cultural Centre. 

Santee Smith décortique d’abord Neo : nouveau, revisiter quelque chose. Indigena : connaissances autochtones et connexion aux enseignements anciens.

 « Je passe à travers une série de transformation ; à un point je suis chasseuse, après je suis chassée. Je deviens l’animal qui est dévoré. »

Elle démontre cérémonies et réjuvénation, dévoilant la mort, alors que quelque chose d’autre connaît la vie.

Une performance exigeante physiquement, dans un paysage dansant dans le monde céleste, le monde sur terre et le monde souterrain. « Ce n’est pas une narration littérale. Je ne donne pas une narration aux spectateurs qui s’attendent à en avoir une. Les images sont fortes et résonnent avec les gens de différentes façons » explique l’artiste.

« C’est aussi une danse médicinale pour moi », pour connecter avec ses ancêtres de la Nation mohawk. Le soir du spectacle, dans le lobby, des cravates en tissus sont disposées afin que les spectateurs écrivent et pensent à ce qu’ils aimeraient dire ou demander à leurs ancêtres.

« Ça commence déjà en demandant et en reconnaissant notre passé et nos connexions. Ça ouvre les gens à être des membres actifs et à entrer dans l’espace », de dire Santee Smith.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Changer de ville
Sondage
L'Aquilone, 5 publications au féminin! Comment avez-vous réagi au changement de nom de L'Aquilon durant le mois de mars?

Voir tous les résultats des sondages