Toxicomanie : Confiance au Sud

14 décembre 2017

Les centres de traitement de la toxicomanie font du bon travail, affirme le député Shane Thompson.
 

C’est en janvier prochain que le Comité permanent sur le développement social remettra son rapport sur sa visite des quatre centres de désintoxication de l’Alberta et de la Colombie-Britannique qui traitent des patients des Territoires du Nord-Ouest.


« Nous avons eu l’occasion de parler avec les gens qui dirigeaient les établissements, de dire Shane Thompson, président du comité et député de Nahendeh, et ils nous ont expliqué comment les programmes fonctionnent. Ils ont tous adopté l’approche en 12 étapes [des Alcooliques anonymes]. Les installations sont très bonnes. Cette visite a été une prise de conscience pour moi. »


Si les quatre centres partagent l’approche des 12  étapes, elles ont néanmoins chacune leur créneau particulier.
Le Centre d’excellence Aventa (Calgary) est spécialisé dans le traitement des femmes, Edgewood (Nanaimo) a développé une expertise dans le traitement des opiacés, dont le fentanyl, la maison Guthrie est située dans l’enceinte du Centre correctionnel Nanaimo et s’adresse aux prisonniers purgeant une peine de plus de quatre mois. Quant à Poundmaker’s Lodge (à St. Albert, près d’Edmonton), la philosophie est axée sur la spiritualité et l’endroit offre une relative proximité avec les TNO.

Places suffisantes
M. Thompson et les autres membres du Comité, les députés Julie Green (Yellowknife centre), Tom Beaulieu (Tu Nedhé-Wiilideh), Fred Blake (Delta du Mackenzie), Michael Nadli (Deh Cho) ont également rencontré des patients originaires des Territoires du Nord-Ouest.


M. Thompson, considère que le nombre de places allouées aux patients des Territoires du Nord-Ouest est suffisant.
Le député qui réside à Fort Simpson estime qu’il est difficile de prévoir si la légalisation du cannabis pourrait se traduire par des besoins supplémentaires. « Il y a déjà dans ces centres des gens traités pour une dépendance à cette substance. À l’heure actuelle, c’est difficile de dire si ça va augmenter », dit M. Thompson.


Le Comité permanent sur le développement social a encore des rencontres et des recherches prévues à son agenda avant de présenter son rapport devant l’Assemblée législative, rapport qui contiendra « trois ou quatre recommandations », estime Shane Thompson.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.