Canadian Parents for French : Ça bouge à la branche ténoise

 La directrice nationale de Canadian Parents for french Nicole Thibault en compagnie de la directrice sortante de la branche des TNO, Andréanne Simard. (Crédit photo: Denis Lord)

La directrice nationale de Canadian Parents for french Nicole Thibault en compagnie de la directrice sortante de la branche des TNO, Andréanne Simard. (Crédit photo: Denis Lord)

CPF-TNO travaille à la création d’un nouveau chapitre de l’organisation à Hay River. 

« Je laisse l’organisation en santé, avec des outils et un calendrier en place pour l’automne. C’est un beau cadeau. » C’est ce qu’affirme la directrice générale sortante de la branche des TNO de Canadian Parents for French, Andréanne Simard. Canadian Parents for French fait la promotion du français en milieu scolaire pour les jeunes anglophones.
Mme Simard quitte le 13 juillet, mais fera le suivi avec celui ou celle qui lui succédera. Elle était entrée en fonction en mars, alors que le poste était vacant depuis décembre 2017. La directrice nationale de l’organisme, Nicole Thibault qui est venue à Yellowknife faciliter la transition et réorganiser les finances de la branche, aurait bien aimé conserver Mme Simard.


Durant son court mandat, cette dernière a comblé les postes vacants au sein du conseil d’administration, multiplié les activités, initié la mise en place d’un plan stratégique, développé le réseautage avec des organismes francophones (Jeunessse TNO, AFCY, CDÉTNO) et commencé à faire des liens avec des organisations autochtones.

Vers Hay River
Grâce aux efforts de Mme Simard, un chapitre de CPF est en gestation à Hay River, avec l’implication de la présidente de l’Association franco-culturelle de Hay River, Édith Vachon-Raymond. Ce chapitre pourrait siéger au conseil d’administration du CPF, avec ceux de la Commission scolaires catholique de Yellowknife, de la commission scolaire YK1 et de Fort Smith. « J’ai espoir que ce nouveau comité dynamise notre présence dans le South Slave », de dire Andréanne Simard.


Mme Thibault précise que la présence de CPF à Hay River se veut sans compétition avec l’école Boréale, qui peut devenir une alliée. « Nous informons les personnes sur les droits des ayant droit en tenant compte de l’interprétation locale, dit-elle. Nous voulons former un comité de parents à [l’école] Diamond Jenness et à [l’école] Princess Alexandra. »

Budget
L’organisme n’avait pas de budget pour garantir à Mme Simard davantage qu’un emploi à temps partiel et il est incertain que la personne qui succédera aura plus de temps. Par contre, CPF bénéficiera de d’un budget augmenté de 20 % grâce à une mesure du Plan d’action sur les langues officielles 2018-2023. Et une rencontre était prévue entre CPF et le ministère de l’Éducation, de la Culture et de la Formation à l’occasion du passage de Mme Thibault, rencontre dont l’objectif est d’obtenir du financement pour un projet encore à définir.


Alors que la branche ténoise se cherche une nouvelle direction, la représentante jeunesse de YK1 auprès du conseil d’administration, Sonali Sivakumar, quittera bientôt son poste pour entrer à l’université et la présidente, Wendy Karstad, terminera son mandat un peu plus tard cette année.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.