Les bebittes du millénaire : Bogue de l'an 2000

07 janvier 2000
0 Commentaire(s)
Commencer la nouvelle année avec une chose dont on ne veut plus entendre parler, pourquoi pas! Je veux aujourd’hui enterrer avec vous la bebitte que tout le monde a haï et qui a fait trembler la planète. Bien sûr, je parle du bogue de l’An 2000. Si je ne m’abuse, nous sommes maintenant dans le troisième millénaire, ici en Amérique du Nord au moins, d’après notre calendrier, et pas de bogue. Est-ce que ça été le plus grand canular du dernier millénaire ou étions-nous si bien préparés ? Le saurons-nous un jour ? Chose certaine, le monde était si près du chaos et, à la grande surprise de tout le monde, ou peut-être devrais-je dire à la grande déception de tous, rien, mais rien ne s’est passé. Par contre, cette grande hystérie collective mondiale aura peut-être eu un côté positif... celui d’avoir créé une conscience collective et de faire réaliser que le monde est petit et que nous sommes tous interreliés beaucoup plus qu’il n’en paraît à prime abord. Grâce au bogue, l’année 2000 commence de la meilleure façon possible : les ordinateurs n’ont pas crashé; les banques ne se sont pas effondrées; la chaîne alimentaire n’a pas été interrompue (du moins pour ceux qui ont la chance de pouvoir manger); les avions ont continué à voler (quand elles n’étaient pas détenues sur une piste par des pirates de l’air); le président Yeltsine a décidé de ne pas continuer (Dieu merci!); et les Amerloques ont pu fêter dignement l’arrivée du millénaire sans que quelque fanatique se mette à tirer dans une foule enivrée et en délire! Le plus grand danger pour la planète n’est pas l’ordinateur, mais bien la planète elle-même ! La terre est malade, vraiment malade, tellement malade que c’est peut-être son dernier millénaire qu’elle vient d’entamer. Sans être alarmiste, il faut quand même s’en rendre compte et se réveiller avant qu’il ne soit trop tard !

Pour finir sur une note plus fraîche, nous espérons que la nouvelle année sera pour vous prospère, heureuse et, pourquoi pas, écologique. Le bogue est mort, vive l’An 2000 ! Bonne année !