Aux origines de la musique XXXII

L’École bourguignonne de musique fleurit avec les travaux de Guillaume Dufay et Gilles Binchois, mais est soutenue par les compositions de plusieurs autres musiciens établis dans les territoires de Philippe le Bon; tel qu’Antoine Busnois, Arnold de Lantins, Johannes Brassart, Johannes Ciconia, Johannes Legrant, Hugo de Lantins.

La qualité de leurs compositions et leur contribution au développement de la musique polyphonique deviennent le fondement de l’École franco-flamande, école de musique qui devient le phare théorique du développement de la musique aux XVe et XVIe siècles.


Le contexte historique dans lequel se développe l’École bourguignonne est caractérisé par la fin de la guerre de Cent Ans. L’Église catholique se stabilise autour d’un pape qui la dirige à partir de Rome, mais son pouvoir est limité à son clergé et aux moines, tandis que le pouvoir politique et les taxes sont régis par les rois et les seigneurs. Les cathédrales européennes continuent à être des centres de développement de la musique savante, mais les universités deviennent de plus en plus indépendantes et les facultés de musique se dissocient de plus en plus de l’Église catholique. Alors que Philippe le Bon devient mécène des arts et de la musique franco-flamande, deux banquiers deviennent mécènes de projets qui vont influencer le développement des arts et des sciences en Europe : Cosme de Medicis, qui agit à Florence, et Johan Fust, qui agit au Saint-Empire romain germanique, subventionnant les recherches de Johannes Gutenberg et Peter Schöffer dans l’imprimerie qui utilise des caractères métalliques mobiles. Cette invention va propulser la copie des écrits musicaux qui étaient auparavant copiés dans des monastères catholiques.


La prochaine étape du développement de l’École franco-flamande a comme principal représentant Johannes Ockeghem qui est probablement l’élève de Gilles Binchois. Chantre à la chapelle d’Anvers, il sert comme professeur de musique au duc de Bourbon, et aux rois français Charles VII, Louis XI, et Charles III. Admiré par ses contemporains, il contribue au développement de la musique vocale polyphonique avec plusieurs compositions dans les genres musicaux de messes, motets, chansons et canons (genre musical proche du contrepoint, écrit pour plusieurs voix chantant la même mélodie, mais qui décale les notes musicales des voix).

L’auteur anime Trésor de la musique classique,
le dimanche et le mercredi à 21 h sur les ondes de Radio Taïga.

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.