Musique : Aux origines de la musique XVIII

 La portée inventée par Guido d’Arezzo, au début du deuxième millénaire, est la pierre fondamentale à la construction des châteaux sonores de notre époque. Elle était composée par quatre lignes et les notes musicales étaient au nombre de six : ut, ré, mi, fa sol et la. Postérieurement, on ajoute une cinquième ligne et la note si. Le registre des notes musicales des mélodies sur la portée permet d’insérer des notes musicales qui, en consonant avec les notes de la mélodie, peut produire des harmonies. Harmonies qui, en se complexifiant, produisent la structure de la polyphonie.
Ce n’est pas faux affirmer que la polyphonie instrumentale précède la polyphonie vocale, car lorsqu’on prend un instrument à cordes, plus de deux cordes sont placées entre le manche de l’instrument et sa boite de résonnance (telle que la kithara jouée par les bardes grecs au VIe siècle av.-J.-C)  et les vibrations que le musicien produit par pincement des cordes peut produire : un seul son (sur une corde) ou deux, ou plus si le musicien pince deux ou plusieurs cordes en même temps (accord). Alors la consonance des notes sur un même instrument produit une polyphonie musicale instrumentale. À ce fait nous pouvons ajouter que malgré l’absence d’enregistrement de la pantomime romaine, on peut postuler que la polyphonie orchestrale faisait partie des pièces jouées lors des présentations dans les amphithéâtres et odéons romains de l’Antiquité.
La polyphonie musicale vocale est plus complexe, et la portée inventée par le Guido d’Arezzo est fondamentale, car l’enregistrement des notes consonantes permet au genre de musique vocale, connue à la fin du premier millénaire par le nom d’organum, d’évoluer vers autres genres musicaux. L’organum est un genre de musique où des notes consonent en quartes et quintes (des notes musicales qui sont à des intervalles de quatre ou à cinq degrés, par exemple : do-fa et do-sol). Le chant de ces notes est guidé par une écriture neumatique en parallèle connue par notation daseian. De l’organum nait le déchant. La polyphonie du déchant était composée par la mélodie principale, appelée cantus firmus ou ténor qui, au XIIe siècle, était confiée à un instrument musical : l’orgue. Cet instrument musical apparait au IIIe siècle av. J.-C., inventé par Ctésibios d’Alexandrie et collectionné par Néron l’empereur romain, banni des églises chrétiennes d’Occident jusqu’à fin du premier millénaire de notre époque.

L'auteur anime Trésor de la musique classique,
le dimanche et le mercredi à 21 h sur les ondes de Radio Taïga.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.