Forum national des jeunes ambassadeurs : Apprendre en français

L'ambassadrice Sonali Sivakumar lors d'un atelier de contes acadiens. (Gracieuseté : Le Français pour l'avenir)

L'ambassadrice Sonali Sivakumar lors d'un atelier de contes acadiens. (Gracieuseté : Le Français pour l'avenir)

Sonali Sivakumar a représenté la francophonie ténoise à Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard, lors du Forum national des jeunes ambassadeurs du 21 au 25 août 2017. Une occasion pour une vingtaine de jeunes leaders francophones de partout au pays de se rassembler.

Sonali Sivakumar était heureuse de pouvoir s’exprimer en français avant le retour des classes, lors du Forum national des jeunes ambassadeurs organisé par Le français pour l’avenir à Charlottetown, à la fin du mois d’août.
Son rôle en tant qu’ambassadrice du bilinguisme est de démontrer que le français n’est pas juste une langue, mais une culture. « Je veux montrer que tu n’apprends pas le français ; tu apprends en français. C’est une différence », explique la jeune femme en entrevue téléphonique, depuis Charlottetown.

« C’est un cadeau que j’ai eu d’être inscrite en immersion et de parler une autre langue. Si je ne parlais pas le français, je ne serais pas ici, où je suis aujourd’hui. Des expériences que j’ai eues, les personnes que j’ai pu rencontrer à cause de ma langue… c’est un [avantage]. Tu gagnes beaucoup en parlant le français », décrit-elle.

Avec une vingtaine de jeunes ambassadeurs de partout au Canada, elle a eu l’occasion de participer à des ateliers de leadership, de gestion de projets, d’entrepreneuriat, de contes acadiens et de visiter les bureaux de Radio-Canada. Des activités organisées pour que les jeunes découvrent les avantages du bilinguisme, ses défis et ses enjeux, en célébrant la culture franco-canadienne et acadienne.

Constats sur le Sud
À Yellowknife, Sonali Sivakumar est aussi présidente du comité jeunesse TNO et membre jeunesse représentant Canadians Parents for French au conseil de la Commission scolaire YK1.

De son expérience, elle a remarqué que, contrairement à sa réalité dans la capitale ténoise, beaucoup d’écoles secondaires dans le Sud ont seulement quelques cours en français au programme. Elle s’est dite chanceuse d’avoir tous ses cours en français, que ce soit les sciences, les arts, les maths, etc.

À son avis, malgré le fait que les résidents ténois soient dispersés en petit nombre à travers le territoire, il y a plus d’occasions pour apprendre le français qu’à d’autres endroits dans le Sud. « On doit reconnaître que parce qu’on est petits ça ne veut pas dire qu’on a moins d’opportunités », de dire Sonali Sivakumar.

Projet pour l’avenir
L’ambassadrice aimerait organiser des activités pour les élèves des écoles secondaires qui se questionnent à l’idée de quitter les programmes en français pour privilégier ceux en anglais. Elle explique que certains pourraient croire que c’est plus facile en anglais ou pensent qu’ils seront meilleurs pour l’université. « Il y a des [avantages à] rester en français et pas juste pour des jobs ou d’autres raisons. Il y a une expérience enrichissante à vivre en français », conclut l’ambassadrice.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.