Sur le Grand lac : Apprendre à lire le lac

(Gracieuseté : Étienne Moiroux)

(Gracieuseté : Étienne Moiroux)

Le moniteur de voile du Great Slave Sailing Club, Étienne Moiroux, expose l’environnement changeant du Grand lac des Esclaves, en défaisant au passage certains clichés romantiques sur la voile.

Étienne Moiroux a entraîné enfants et adultes aux niveaux débutant et intermédiaire, en plus des fervents de course lors de la saison de cours 2017 au Great Slave Sailing Club. Lui-même est devenu « voileux » à l’adolescence, grâce à un stage à l’école de voile des Glénans en France.

« Mon principal boulot, c’est d’arriver à rassurer [les débutants] parce qu’ils ont très peur », explique le moniteur de voile. Les rassurer pour qu’ils prennent confiance et qu’ils comprennent que ce n’est pas grave, si le bateau se retourne.

« Au départ, ça fait peur parce que physiquement, le bateau penche, tu prends l’eau et c’est très instable, décrit-il. Et dès qu’il y a des vagues, c’est la panique. Ici, [sur le Grand lac des Esclaves], le vent varie beaucoup. En vingt minutes, la vitesse du vent peut doubler. »

Pour lui, l’endroit est vraiment « cool », puisque la baie est grande et l’espace de navigation est très large.

Tranquillement, les apprentis découvrent comment naviguer avec les vents. « Si tu es bon en voile, tu peux lire le lac, tu peux savoir qu’à tel endroit il y a de la [risée1]. Là, il va y avoir plus de vent, donc toi, quand tu arrives en bateau, tu peux anticiper et profiter de ce surplus de vent-là plutôt que d’être surpris et de ne pas le gérer. »

Rectifier le tir
Étienne Moiroux fait la différence entre ce qu’il appelle les gros bateaux de croisière et les petits bateaux : les dériveurs. Il expose : « Beaucoup d’adultes débutants ont une certaine image de la voile qui ne correspond pas vraiment à la réalité. » 

« Les gros bateaux où tu fais de la croisière, c’est moins sportif, et les petits bateaux comme ceux qu’on a au club de voile, il faut vraiment que tu bouges sur le bateau. Dans les deux cas, c’est de la voile, mais ce n’est pas du tout la même intensité au niveau physique. » Il ajoute que sur une petite embarcation, les sensations sont aussi décuplées.
On s’éloigne de l’idée romantique de la voile, pour plutôt affronter la nature et « se taper des vagues ».

« C’est ça qui me plait. Je ne saurais pas vraiment décrire pourquoi. J’aime bien affronter les éléments. J’aime beaucoup la solitude aussi en voile. Quand je suis tout seul sur mon bateau, c’est un sentiment de liberté qui est assez fou parce que quand tu regardes autour de toi, c’est plat, c’est très grand et tu es tout seul là au milieu et y’a rien pour obstruer ta vision », de dire le moniteur.

Des courses pour achever la saison
Les courses de dériveurs commenceront le lundi 21 août, pour cinq semaines. « On arrive à la fin de la saison, j’ai donné presque tous mes cours, les gens qui ont eu tous leurs cours [ont un] meilleur niveau maintenant, conclut-il. On va voir les meilleurs navigateurs. »

Étienne Moiroux sera parmi les compétiteurs. Le point de départ de la course sera au Great Slave Sailing Club.

1« Des endroits sur le lac où l’eau prend des airs de dents de scie;où le vent est plus fort. » — Étienne Moiroux


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.