Sur les planches : Andrea Bettger par ici les émotions

Andrea Bettger présente son premier album au Shout de Yellowknife le 18 avril, en compagnie de Ben Russo, Al Bee et Pat Braden. (Crédit photo : Denis Lord)

Andrea Bettger présente son premier album au Shout de Yellowknife le 18 avril, en compagnie de Ben Russo, Al Bee et Pat Braden. (Crédit photo : Denis Lord)

La violoniste et chanteuse Andrea Bettger présente ses nouvelles compositions.
 

Par la musique, affirmait Nietzsche dans Par-delà le bien et la mal, les passions jouissent d’elles-mêmes. Le vieux moustachu crackpot voulait peut-être signifier par là que la musique, plus qu’aucun art, incarne et magnifie les émotions, de la mélancolie à la joie en passant par la colère ou la perplexité.


Elle donne ça, Andrea Bettger dans son premier album Snappy Day, c’est tellement beau, gracieux, que t’as envie d’être joyeux (Hay River Breakup), fou (I dunno) ou triste (Here’s) avec elle. Oui, même triste, et pourtant je t’en passe un papier, la tristesse c’est pas la joie.


On la suit, consentant, dans toutes les atmosphères qu’elle dessine avec sa bande de tricoteux de cordes et de percus plutôt doués. Et on redemande. Parce que les mélodies sont chouettes, parfois toutes simples et répétitives (Old town ramble), comme dans les musiques traditionnelles qu’elle présente, parfois plus circonvolutoires, comme ces mêmes musiques que Bettger métisse d’autres courants. Polka, bossa-nova, jazz, rigodon, valse, ça hybride ferme dans Snappy Day.


Parce que les mélodies sont chouettes donc, oui, mais encore, parce que la dame extrait de son violon un son tout à fait extraordinaire, du genre capable d’adoucir les brutes, un son merveilleux, exceptionnel, envoûtant, et sa voix l’est tout autant (At the end of the day). Et c’est vraiment ce qui est mis de l’avant ici, les guitares, accordéon et piano l’accompagnant sobrement.


Une artiste à suivre, qu’on rêve de voir explorer plus profondément l’avenue plus rock et électrique qu’elle esquisse ici.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.