Chant’Ouest : Alpha Toshineza remplace Mireille Labbé

Les participants du Chant'Ouest 2017 : Mireille Labbé, Byrun Boutin-Mulroney, Yves Lécuyer et Alpha Toshineza. (Archives L’Aquilon)

Les participants du Chant'Ouest 2017 : Mireille Labbé, Byrun Boutin-Mulroney, Yves Lécuyer et Alpha Toshineza. (Archives L’Aquilon)

Aucun règlement chez Chant’Ouest ne stipule la marche à suivre en cas de désistement.

C’est le rappeur du Manitoba Alpha Toshineza qui remplacera Mireille Labbé au Festival international de la chanson de Granby (FICG) en aout prochain, la chanteuse du Yukon étant non disponible pour des raisons personnelles et professionnelles.


La présidente de Chant’Ouest, Suzanne Campagne, a pris seule cette décision basée sur le nombre de points obtenus par Alpha Toshineza lors du 28e gala Chant’Ouest à Yellowknife du 14 septembre 2017. M. Toshineza était alors arrivé 3e après Mireille Labbé, selon la présidente. Mme Campagne, qui était présidente du jury ce soir-là, dit que les feuilles d’évaluation des membres du jury ont été détruites et qu’elle n’a pas gardé de notes sur leurs évaluations, mais qu’elle se souvient parfaitement du pointage des quatre participants.


« J’étais très présente, explique Mme Campagne. Les délibérations ont été très ardues, une des plus difficiles de mes quatre années de présidence. Un seul point séparait la 2e et la 3e position à la première ronde de vote et quatre points à la seconde. » La présence d’Alpha Toshineza à Granby est une suite logique et juste, conclut-elle.

Une première ?
D’après Mme Campagne, qui est aussi directrice générale du Conseil culturel fransaskois, aucun règlement de la société Chant’Ouest ne stipule comment procéder en cas de désistement d’un lauréat du prix André-Mercure. « Il n’y avait jamais eu de désistement depuis que je suis arrivée à Chant’Ouest en 2012, dit-elle, et je ne pense pas qu’il y en ait eu avant. » Chant’Ouest n’a pas de charte et sa présidente n’a pas l’intention d’émettre un règlement face à l’éventuelle répétition de cette situation. Elle fera cependant des « recommandations au prochain hôte du Chant’Ouest pour qu’il élabore un plan B au cas d’un désistement ».


Aucune notation n’ayant été divulguée sur les candidats au prix André-Mercure, l’un d’eux, Yves Lécuyer, a cru que ses chances d’être choisi comme substitut à Mireille Labbé étaient égales à celles d’Alpha Toshineza. Mme Campagne est désolée que M. Lécuyer ait appris le choix de Chant’Ouest via les réseaux sociaux et a communiqué avec lui pour clarifier la situation.


Benoit Henry, de l'Alliance nationale de l'industrie musicale, était sur le jury. Il se souvient que la deuxième et la troisième places avaient été difficiles à départager. « La logique derrière la décision m’apparaît légitime, a-t-il écrit à l'Aquilon. Le processus (sans consultation) menant à la décision aurait sans doute dû être différent mais, à mon avis, le résultat aurait été le même. »Un autre membre du jury, Johanne Dumas, ne se souvenait pas qu'Alpha Toshineza était arrivé troisième même si elle avait été impressionnée par sa prestation. « Je pense que le jury aurait du être mis de cette situation et leur souvenir mis à contribution, dit-elle, Mais Suzanne Campagne est fort capable de prendre une décision et je comprends sa logique. » M. Lécuyer n’a pas commenté la situation.


Le prix André-Mercure donne droit à des formations à Granby en avril et en juin et à différentes occasions de spectacle, la principale étant lors du Festival lui-même, en aout. Le cout des transports est assumé par le Réseau national des galas de la chanson en avril et le FICG prend ensuite le relais. À cause du dénouement tardif de la situation, M. Toshineza n’a pu participer aux ateliers en avril. L’autre lauréat 2017 du prix André-Mercure est Byrun Boutin-Mulroney de la Saskatchewan.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages